Déjà inscrit ?

Confession porno - jeune femme devient femme soumise à son mâle dominant

Depuis le début de la semaine, j'attendais avec impatience mon dîner avec mon petit ami, Nicolas. Nous sortions ensemble depuis six mois et il m'a dit qu'il avait une surprise pour moi ce soir et qu'il devait mettre une belle robe parce qu'il allait m'emmener dans un endroit sympa. La soirée s'est transformée en nuit de sexe, BDSM, où j'étais la soumise à ses ordres et désirs sexuels

Je venais de finir de mettre mon rouge à lèvres rouge rubis quand j'ai entendu frapper à la porte de mon appartement. J'ai attrapé mes talons hauts et les ai mis en place alors que je me dirigeais vers la porte. Nicolas se tenait là, avec un bouton en haut et un jean qui serrait son corps à tous les bons endroits. Il m'a serré dans ses bras et m'a donné un rapide coup de bec sur la joue avant de m'escorter jusqu'à sa voiture.

"Alors, quelle est la grande surprise ?" lui ai-je demandé en allant au restaurant.

"Si je te disais ce que c'est, ce ne serait plus une surprise", a-t-il dit, en serrant ma cuisse juste en dessous de l'endroit où ma robe s'est terminée.

Il a tiré la voiture sur le parking du Crown, l'un des plus beaux restaurants qui n'a pas coûté un bras ni une jambe. L'hôte nous a conduits à l'une des tables du fond qui était prévue pour deux personnes et dont le centre était une bougie.

Nous avons commandé notre nourriture et la serveuse nous a servi deux verres de Pinot Noir avant que Nicolas ne traverse la table et ne prenne mes mains dans les siennes.

"Bébé, nous sortons ensemble depuis un moment maintenant et il y a quelque chose que je veux dire", dit Nicolas en serrant mes mains.

Mon cœur s'est mis à battre la chamade. Si c'était une proposition, je n'étais pas du tout prête à l'accepter. Mais alors que mes pensées tournaient dans ma tête, il a eu une lueur dans l'œil qui m'a dit que ce n'était pas quelque chose d'aussi sérieux.

"Je veux que tu ailles aux toilettes et que tu reviennes avec ta culotte à la main. Tu me les donneras après t'être assis", dit-il avec une autorité dans la voix que je n'avais jamais entendue auparavant.

Mon cœur s'est mis à battre encore plus vite lorsque je me suis levé en silence et que j'ai marché jusqu'aux toilettes de l'autre côté du restaurant. Je me suis enfermée dans une des cabines, j'ai soulevé ma robe et j'ai lentement enlevé mon string en dentelle noire et je l'ai tenu dans ma main, une sensation de plaisir se dégageant de ma chatte lorsque je suis sortie des toilettes avec ma culotte cachée dans mon poing.

Je me suis rabattue sur la table et j'ai passé ma main sous la table, en cherchant la sienne.

Il n'a rien dit, seulement mis ses deux mains devant lui sur la table.

J'ai sorti mon poing serré de sous la table, le cœur battant dans ma poitrine alors que je déplaçais lentement ma main au-dessus de la table vers la sienne. Il n'a fait aucun mouvement pour me les prendre, il est resté assis, les paumes vers le haut, le sourire aux lèvres. J'ai mis mon poing dans sa main et je l'ai relâché, laissant la dentelle noire tomber dans sa main.

J'ai ramené ma main vers moi, les joues rouges, car il n'a pas réussi à fermer sa main autour du tissu, les laissant reposer dans sa main pour que personne ne les voit. J'ai vu notre serveuse traverser la pièce avec notre nourriture.

"Notre serveuse arrive", lui dis-je, en espérant qu'il prenne cela comme un indice pour ranger ma lingerie.

Il m'a regardé dans les yeux en plaçant la délicate dentelle à côté de la bougie au milieu de la table. La serveuse était presque à notre table maintenant et j'ai tendu la main pour les reprendre avant qu'elle ne voit. Je les avais à la main lorsque Nicolas a saisi mon poignet avec force, ce qui m'a poussé à desserrer instinctivement mon poing. J'étais mortifié lorsque je les ai vus s'envoler vers le sol et atterrir juste devant la serveuse qui était maintenant à notre table. 

Elle nous a servi notre nourriture, mais m'a lancé un regard étrange, indiquant qu'elle avait vu ma culotte sur le sol.

"Je suis désolé, mademoiselle. Ma petite amie est un peu maladroite. Samantha, ramasse-les", dit-il, en lui parlant d'abord, puis à moi.

Je me suis figé, le regardant d'un air suppliant, lui demandant de ne pas me mettre encore plus dans l'embarras. Sa main s'est serrée autour de ma jambe sous la table, la serrant très fort alors qu'il gardait son regard sur moi.

Je me suis penchée, obéissante pour ramasser la dentelle noire sur le sol alors que mon visage brûlait d'humiliation. La serveuse a quitté précipitamment notre nourriture et s'est retirée dans la cuisine.

"Ne me désobéis plus jamais comme ça", dit fermement Nicolas.

"Quoi... d'où est-ce que ça vient ?" Je bégayai.

"Remets-les sur la table", dit-il, ignorant ma question.

Cette fois, j'ai fait ce qu'on m'a dit rapidement.

Nous avons mangé en silence et rapidement, mes yeux scrutant tous ceux qui passaient devant notre table, se demandant s'ils avaient vu ma culotte posée sur la table. Un couple est passé devant notre table, les yeux de l'homme dérivant vers notre table puis vers moi, un sourire croisé sur son visage.

"Puis-je les reprendre, s'il vous plaît", lui ai-je demandé.

"Non, tu n'as pas le droit de porter une culotte. Quand nous partons, elle reste ici", m'a-t-il dit, en sirotant le reste de son vin.

"Tu n'as jamais rien fait de tel auparavant", lui ai-je dit, en essayant de comprendre la situation.

"Eh bien, quand j'ai emprunté ton ordinateur portable la semaine dernière, je suis tombé sur des informations. Tu devrais vraiment effacer ton historique web. Maintenant, je sais", a-t-il dit, me faisant arrêter le coeur.

Je n'aurais jamais pensé qu'il regarderait l'historique de mon navigateur. Je ne lui avais jamais dit que je regardais du porno. Sans parler du type de porno que je regardais.
Je voulais être en colère parce qu'il avait envahi ma vie privée, mais j'ai senti le plaisir brûlant envahir mon corps et j'ai commencé à sentir de l'humidité entre mes jambes.

"Allons-y", dit-il, en se levant, en posant sa main sur le bas de mon dos et en me guidant hors du restaurant et vers la voiture.

Il m'a aidé à prendre le siège du passager et est monté du côté du conducteur. Il s'est penché sur le siège arrière avant de mettre la voiture en marche et a attrapé quelque chose. Il avait un foulard dans les mains qu'il a porté à mon visage, l'attachant autour de ma tête pour que je ne puisse rien voir. Puis j'ai senti quelque chose se rapprocher de mon poignet gauche et je me suis mise en place. Il a tiré mon autre poignet vers celui qui était coincé et l'a attaché autour de celui-ci également.

Il avait menotté mes poignets ensemble sur mes genoux. J'étais impuissante face à lui. Je ne voyais pas et mes mains étaient attachées. Je l'ai entendu mettre la voiture en marche et j'ai senti que nous commencions à nous déplacer sur la route.

Ma chatte battait la chamade avec le plaisir de l'inconnu et en sachant que j'étais maintenant sous son contrôle.

J'ai senti sa main sur ma jambe, ses doigts déplacer ma robe vers le haut et exposer ma chatte à l'air froid de la voiture. J'ai senti ses doigts bouger entre mes cuisses et un doigt passer de mon clitoris aux plis de ma chatte. Il a tiré sur les lèvres de ma chatte, les déplaçant sur le côté alors qu'il se servait de son majeur pour frotter autour de l'ouverture de ma chatte, en plongeant son doigt seulement jusqu'à son ongle.

"Je savais que ça te plairait. Tu es tellement mouillée", dit Nicolas avec un sourire dans la voix.

Je me suis mise à gémir quand il a enfoncé son doigt plus loin en moi.

"Dis-moi que tu aimes ça", dit-il en frottant légèrement mon clitoris avec son pouce. 

"Je... j'aime ça", ai-je répondu.

J'ai senti sa main s'éloigner brusquement et s'abattre sur ma chatte sensible avec une claque.

J'ai crié de douleur et de choc.

"Quand vous me parlerez, vous m'appellerez monsieur ou maître. C'est clair ?"

"Oui..."

J'ai senti une autre claque se poser sur ma chatte.

"Oui quoi ?" demanda-t-il.

"Oui... monsieur", ai-je répondu, ma chatte brûlant à cause de l'impact.

"Bonne fille", dit-il, en m'arrachant la main, me laissant désirer son toucher. J'étais si excitée maintenant, tout ce que je voulais, c'était qu'il fouille ses doigts au fond de moi et me fasse plaisir.

J'ai senti la voiture s'arrêter et j'ai entendu le moteur s'éteindre. Il a ouvert la portière de sa voiture et est sorti, me laissant dans le silence. J'ai attendu qu'il ouvre ma porte et qu'il m'aide à sortir, mais il n'est jamais venu. Les minutes se sont écoulées sans rien. J'ai essayé de bouger les mains pour enlever mon bandeau afin de voir ce qui se passait, mais j'ai rencontré de la résistance. Il avait mis les menottes autour de ma ceinture de sécurité pour que je ne puisse pas les bouger. Je n'ai même pas pu défaire la boucle de la ceinture de sécurité. J'étais aveugle et immobile, attendant que Nicolas vienne me chercher avec ma jupe relevée et ma chatte à découvert.

Cinq minutes de plus se sont écoulées et j'ai sauté quand sa porte s'est ouverte.

"Où étais-tu ?" ai-je demandé alors qu'il entrait.

Il m'a frappé fort sur la cuisse, me faisant crier.

"Ne me questionne pas. Tu réponds à mes questions, salope."

"Oui monsieur", j'ai répondu rapidement cette fois-ci pour éviter d'être à nouveau giflée.

"J'ai quelque chose pour toi", dit-il alors que je sentais ses mains monter vers mon cou.

J'ai senti une douce fourrure envelopper mon cou et se resserrer alors qu'il bloquait ce que je croyais être un collier.

Il a ramené sa main vers ma chatte maintenant trempée et a frotté un pouce sur mon clitoris. J'ai poussé un grand cri en le sentant me pincer le clitoris entre deux de ses doigts.

"Quand je te donne quelque chose, tu me remercies", dit-il, toujours en me pinçant.

"Merci". Merci monsieur", j'ai pleuré et il m'a lâché, laissant mon clitoris gonflé palpiter.

Il a posé sa main sur ma chatte, sans la bouger ni jouer avec elle, mais en exerçant une pression sur elle, ce qui m'a donné envie d'une sorte de stimulation.

Il a mis la voiture en stationnement et a coupé le moteur à nouveau. Cette fois-ci, après être sorti, il a ouvert ma porte. Il a détaché ma ceinture de sécurité et j'ai senti une traction sur mon cou, indiquant qu'il avait une laisse attachée. Je me suis tourné sur le côté et je suis sorti de la voiture, guidé à l'aveuglette vers l'endroit où il voulait que j'aille.

Je suis entré chez lui et il a fermé la porte derrière nous. Il a enlevé doucement mon foulard et l'a laissé tomber sur le sol. Il m'a embrassé doucement sur les lèvres, puis a tiré grossièrement sur ma laisse, me mettant à genoux.

Il a défait la fermeture éclair de son jean et a sorti sa bite déjà à moitié dure de son pantalon.

Il m'a dit "Ouvre", en me donnant un coup de mâchoire. 

J'ai fait ce qu'on m'a dit et j'ai mis mes lèvres autour de sa bite. Il a tenu ma tête contre son corps et j'ai senti sa bite pousser à l'intérieur de ma bouche. Elle était bientôt si dure qu'elle était au niveau de ma gorge, ce qui me donnait des haut-le-coeur, mais il a tenu ma tête là.

Il a finalement relâché sa prise et je me suis retiré, en haletant pour trouver de l'air avant qu'il ne la remette dans ma bouche. J'ai toussé et j'ai eu des haut-le-coeur pendant qu'il continuait à faire cela, les larmes coulant sur mon visage.

Il a laissé sa bite tomber de ma bouche et m'a de nouveau donné un coup de menton avec sa main. Il a essuyé les larmes de mes joues avec ses doigts.

"Tu t'en sors très bien, salope. Arrête de pleurer", me dit-il en me remontant sur mes pieds.

Il me conduisit dans sa chambre, un chemin que j'avais souvent emprunté auparavant, mais jamais de cette manière. Quand nous sommes entrées dans sa chambre, il a sorti une clé de sa poche et a défait mes menottes. Il a ouvert la fermeture éclair de ma robe par derrière et l'a laissée tomber par terre autour de mes chevilles. Puis il a défait mon soutien-gorge et l'a jeté sur le côté, me laissant complètement nue à l'exception du col.

"Lève tes bras", m'a-t-il dit. J'ai immédiatement fait ce qu'on m'a dit.

Il m'a remis les menottes, cette fois-ci au-dessus de ma tête. Je n'avais pas remarqué quand nous sommes entrés, mais il y avait un crochet sur le mur auquel était attachée une corde. Il a passé cette corde à travers mes menottes, en suspendant mes mains au-dessus de ma tête.

Une fois que j'ai été fixé dans cette position, il a fait courir doucement ses doigts le long de ma mâchoire jusqu'à mon nombril, mes mamelons devenant durs à cause de cette douce sensation.

Il m'a attrapé les seins et a pris mes tétons entre ses doigts et les a doucement frottés. Puis il m'a pincé, ce qui m'a fait glapir. J'ai été surprise quand on m'a donné une tape rapide sur le visage.

Il ne m'a pas dit à quoi cela servait, il est seulement sorti de la pièce. Je suis resté nu dans sa chambre, le visage brûlé et la chatte palpitante.

Il est revenu une minute plus tard, un sac à la main. Il l'a mis sur la commode derrière moi pour que je ne puisse pas voir ce qu'il en retirait. Il est venu par derrière et a pincé chacun de mes tétons avant que je ne voie ce qu'il avait dans son autre main. Il a tendu mon téton gauche et a attaché la pince à tétons à celui-ci d'abord, puis à l'autre.

Il s'est déplacé vers l'avant de moi, en tirant sur la chaîne qui attachait les pinces ensemble. J'ai senti mes tétons tirés vers lui, la sensation douloureuse faisant grandir encore plus l'humidité dans ma chatte.

"Ouvre la bouche", m'a-t-il dit, et comme je l'ai fait, il a mis la chaîne dans ma bouche, en serrant ma mâchoire.

"Tellement sexy", murmura-t-il, en déplaçant à nouveau sa main entre mes jambes.

"Écarte-toi", dit-il, en écartant mes jambes. Je les ai ouvertes.

"Plus loin", il m'a tapé sur la cuisse.

J'ai ouvert mes jambes encore plus loin pour qu'elles soient écartées de la largeur des épaules. Il m'a tapoté la chatte.

"Tu es juste trempé, n'est-ce pas ? Tu aimes cette douleur, n'est-ce pas ?", il a souri.

"Oui monsieur", ai-je dit en passant la chaîne dans ma bouche.

Il est retourné dans son sac et est resté derrière moi. Une seconde plus tard, j'ai senti un coup dur me tomber sur le cul. J'ai pleuré un peu, même si j'ai essayé de ne pas le faire. Il m'a giflé à nouveau. J'avais compris qu'il me donnait une fessée avec une pagaie en cuir, la douleur piquante sur mon cul n'a fait que me donner plus de coups.

Mon cul brûlait de douleur quand j'ai senti ses lèvres embrasser doucement la peau rouge et chaude.

Il a pris quelque chose d'autre dans son sac et s'est dirigé vers moi. C'était un fouet. Il a passé le cuir entre ses doigts avant de frapper l'avant de mes cuisses. 

"C'est pour m'avoir désobéi au restaurant", dit-il, en me frappant à la poitrine, en faisant bouger douloureusement les pinces et en me faisant lâcher la chaîne de ma bouche.

Il a arrêté de me fouetter et a fait un pas en arrière.

"Je suis désolé, monsieur", ai-je chuchoté, en parlant de laisser la chaîne partir.

Il s'est levé et a détaché la corde de mes menottes, prenant ma laisse dans ses mains, me tirant derrière lui. Nous avons descendu les escaliers et traversé la maison, jusqu'au palier au-dessus du sous-sol. Le seul endroit dans sa maison où je n'étais jamais allé.

Il s'est arrêté et m'a mis un bandeau sur les yeux avant de me faire descendre l'escalier. Il a défait mes menottes lorsque nous sommes arrivés au bas de l'escalier. Il m'a conduit plus loin dans la cave et m'a arrêté lorsque mes cuisses ont heurté quelque chose devant moi.

"Penche-toi", m'a-t-il dit.

J'ai fait ce qu'on m'a dit et je me suis retrouvé allongé sur quelque chose qui m'a mis le cul en l'air, et j'ai laissé mes seins pendre au bout. Il a attaché mes mains à quelque chose sur le sol et a menotté mes chevilles au bout de la table, me rendant ainsi immobile.

Il m'a donné quelques claques sur le cul et a tiré sur les pinces à tétons, me rappelant la douleur sensible. J'ai senti un liquide froid couler sur mes fesses, suivi de ses mains qui les massaient. Il a écarté mes joues, passant un doigt sur mon trou de cul et sur ma chatte, le poussant doucement à l'intérieur et le faisant tournoyer. Je gémissais de plaisir et encore de frustration quand il le sortait à nouveau. Il a remonté son doigt et a écarté mes fesses encore plus durement. Il a encore fait couler du lubrifiant, le faisant atterrir sur mon trou de vierge. Il l'a frotté autour de l'ouverture, en écartant mes fesses pour lui donner un accès plus facile.

J'ai murmuré en signe de protestation lorsque je l'ai senti pousser son doigt sur mon trou, en essayant de l'ouvrir.

"Qu'est-ce qui ne va pas, salope ?" me demanda-t-il, en continuant à pousser son doigt.

"Je n'aime pas l'anal", lui ai-je dit.

Il a arrêté de pousser et m'a donné une bonne claque sur la chatte.

"Tu vas faire ce que je veux que tu fasses et plus tu te plaindras, pire ce sera pour toi", dit-il en ramenant son doigt dans le trou.

J'ai crié en sentant son doigt entrer dans mon trou du cul serré. Il l'a déplacé, l'a poussé encore plus loin et a mis un autre doigt dans l'ouverture.

"Non monsieur, je ne peux pas en prendre plus", je l'ai supplié d'arrêter.

Il a grossièrement enfoncé un deuxième doigt, ignorant ma demande.

Il a lentement retiré ses doigts, en les tenant écartés avant de retirer ses mains. Quand il est revenu, j'ai senti du métal froid pousser contre le trou étroit.

"Non, je ne peux pas prendre un plug anal, monsieur !" J'ai protesté dès que j'ai réalisé ce que c'était.

"Vous le pouvez et vous le ferez", a-t-il dit, en le poussant contre le trou de résistance.

Je l'ai senti s'ouvrir et la première balle est entrée dans mon trou. Je n'ai pas eu le temps de m'y habituer avant qu'une autre balle ne commence à entrer, celle-ci un peu plus grosse. Avec une plus grande résistance, celle-ci est entrée aussi. Je gémissais en signe de protestation, car je sentais une autre balle encore plus grosse qui commençait à entrer en moi. Le métal lourd et froid me semblait étrange dans le cul et je gémissais quand une quatrième balle entrait en moi. C'était la fin de l'histoire. Je sentais l'extrémité effilée se reposer le long de ma fissure.

Je n'ai pas eu le temps de m'habituer à cela avant que mes pinces à tétons ne soient arrachées, les laissant palpiter de douleur. Je l'ai senti tirer sur mes lèvres de chatte, les écarter sur le côté et exposer ma chatte à l'air frais. Il y avait un pincement aigu sur la lèvre lorsqu'une pince était attachée. Il en a mis une de l'autre côté, pour apaiser la douleur.

Il les a fait glisser toutes les deux, me surprenant avec le son des cloches.

"Secouez. Je veux les entendre", me dit-il en reculant. 

J'ai hésité à bouger mon cul, ce qui était difficile car mes jambes étaient retenues.

"Je n'entends pas grand-chose", dit-il, en me donnant une fessée alors que je le secouais encore plus, ce qui fait bouger et tinter les lèvres, la pression des pinces provoquant une douleur sur ma zone sensible et le lourd buttplug se déplaçant dans mon cul, me rappelant qu'il avait violé mon trou de vierge.

Il a ri quand je lui ai secoué les fesses en écoutant le jingle.

"C'est une bonne salope", dit-il en me donnant une tape sur les fesses.

Il a fait sonner les cloches et a tiré sur les pinces, m'étirant les lèvres.

Je gémissais quand je sentais qu'il attachait une autre pince à chaque lèvre. C'était celles qui étaient sur mes tétons et je l'ai senti tirer mes lèvres avec les pinces de la chaîne. Il les a maintenues écartées, en faisant passer la chaîne par-dessus l'extrémité du bouchon, les tirant vers l'arrière et les ouvrant.

"Putain, c'est si joli", murmura-t-il alors que je sentais son souffle chaud sur ma chatte, et je me sentais dégouliner d'humidité.

Il a craché sur ma chatte, laissant cette goutte sur le sol mélangée à mon jus. J'ai senti quelque chose s'appuyer contre mon clitoris et envoyer un choc quand il s'est mis à vibrer. Je l'ai senti coller le vibrateur sur ma jambe de façon à ce qu'il repose sur mon clitoris et que, peu importe comment je bougeais, il serait toujours sur mon clitoris.

Il m'a enlevé le bandeau et s'est mis devant ma tête, en me frappant le visage avec sa bite. J'ai ouvert la bouche pour lui et il l'a pompé dans ma bouche. La sensation sur mon clitoris était si forte que j'avais du mal à me concentrer sur le plaisir qu'il me procurait en même temps avec ma bouche.

Je gémissais sur sa bite alors que je me sentais monter vers l'orgasme. Je suis arrivée au bord et j'ai explosé de plaisir en me sentant jouir plus que jamais. J'étais tellement concentrée sur mon orgasme que j'ai été surprise de le sentir jouir dans ma bouche, ce que je ne lui avais jamais permis de faire auparavant.

Il s'est retiré et m'a tenu la bouche fermée, me forçant à avaler alors que le vibrateur attaquait encore mon clitoris. J'ai senti un autre orgasme se développer et j'ai crié lorsqu'il l'a éteint.

Mon clito était si sensible que j'ai crié lorsqu'il m'a giflé la chatte, faisant à nouveau tinter les cloches.

"Ne jouis plus jamais sans ma permission", il m'a réprimandée.

"Je suis désolée, monsieur", j'ai pleuré.

Je l'ai senti détacher les pinces avec la chaîne et les mettre sur le côté. Puis je l'ai senti tirer sur le buttplug, l'étirer alors que les boules sortaient une par une. J'étais soulagé de l'avoir sorti, mais un instant plus tard, j'ai senti quelque chose en caoutchouc qui poussait à nouveau contre mon trou serré.

Celui-ci était plus petit que la plus grosse balle de la dernière et est entré sans autant de douleur. Mais au lieu de devenir de nouveau plus petite à la fin, elle est restée de la même taille, forçant mon trou à rester ouvert. Il a glissé un gode à côtes dans ma chatte, le pompant dedans et dehors lentement alors que je le sentais pousser sur le bouchon de la fesse. J'ai sursauté de surprise en sentant le buttplug pousser dans mon cul.

"Tu ne savais pas que c'était gonflable, n'est-ce pas ?", dit-il en riant alors que le gode grossissait à nouveau. Il a arrêté de me baiser avec le gode et l'a remplacé par sa bite. Avec le butt plug in, sa bite était encore plus serrée que la normale. À chaque fois qu'il pompait, les cloches sonnaient et tiraient sur mes lèvres de chatte endolories et poussaient contre le butt plug. Il la gonflait encore plus, ce qui donnait l'impression que mes deux trous étaient bouchés. 

Il s'est penché en dessous et a tenu mon clitoris entre ses doigts, le serrant chaque fois qu'il me remplissait de sa bite. Je gémissais de douleur et de plaisir lorsqu'il commençait à me baiser plus fort, en tirant sur mes seins qui étaient très gonflés et douloureux. J'ai senti un autre orgasme se développer et je me suis souvenu de l'avertissement qu'il m'avait donné la dernière fois.

"Je vais venir", lui ai-je dit.

"Pas encore", m'a-t-il répondu, en me donnant une fessée et en gonflant encore plus le bouchon.

Je me suis tenue au bord de l'orgasme, pleurant dans une extase que je n'arrivais pas à évacuer.

"S'il vous plaît, laissez-moi jouir, monsieur !" J'ai crié.

"Jouir". Il m'a demandé de refaire le plein d'énergie alors que je tremblais de façon incontrôlable sous la force de mon orgasme, en éjaculant sur sa bite et en le sentant éjaculer en moi en même temps.

Il s'est retiré et s'est dirigé vers moi.

"Nettoyez-le", m'a-t-il dit.

J'ai ouvert la bouche consciencieusement et j'ai pris sa bite dans ma bouche, en nettoyant le mélange de notre sperme à tous les deux.

Il a enlevé mes entraves aux mains et aux jambes, mais il a laissé les pinces, le bouchon et le collier en place. Il m'a poussée à genoux devant la flaque de sperme sur le sol derrière lequel j'étais.

"Nettoie ton bordel", m'a-t-il dit en me poussant le visage dedans.

Je l'ai léchée en le regardant, en me caressant les cheveux.

Quand j'ai eu fini, j'ai essayé de me lever et il m'a repoussé jusqu'aux genoux.

"Tu dois rester en bas, salope. Je veux peut-être que tu me suces et je veux que ta bouche soit là."

"Oui maître", lui répondis-je avec obéissance.

"Tu peux demander une chose, salope", m'a-t-il dit.

"Pouvez-vous enlever ce bouchon de cul, s'il vous plaît, monsieur ?" Je lui ai demandé timidement.

J'ai été surprise quand il l'a dégonflé et l'a retiré. Mais il est allé dans son sac et a sorti un gros bouchon avec une queue à l'extrémité.

"Tu vas être mon petit animal de compagnie. Tu vas l'avoir dans ton sac à moins que tu n'ailles aux toilettes. Je ne veux pas que tu oublies que tu es ma salope et que tes trous sont à ma disposition pour que je les utilise comme je veux et quand je veux", a-t-il dit.

Il a pris ma laisse et a commencé à sortir de la pièce. J'ai essayé de me lever pour le suivre.

"En bas. Tu ne peux pas marcher. Vous allez ramper derrière moi", m'a-t-il dit en me donnant une fessée.

J'ai rampé derrière lui, la queue se balançant au fur et à mesure que le plug de fesse se déplaçait à l'intérieur de mon cul et que les pinces frottaient et tintinnaient. 

Nous sommes arrivés à la cuisine et il m'a dit de m'asseoir dans un coin et d'attendre ma nourriture. Il a apporté sa salade à la table et a posé une assiette à côté de lui sur le sol pour moi.

"Les animaux ne mangent pas à table. Je vous laisse utiliser vos mains cette fois-ci parce que vous avez été bon", a-t-il expliqué.

"Merci, maître", lui répondis-je, en me servant de mes doigts pour ramasser de la laitue et du fromage et de la vinaigrette.

"Maintenant que je connais ton petit secret, tu es mon esclave. Si tu ne veux pas l'être, tu peux partir tout de suite", m'a-t-il dit, me laissant le choix.
J'ai répondu en secouant mon cul, en remuant la queue et en tintant pour lui. 

Quelle femme pour votre cam sexy ?