Déjà inscrit ?

Première séance lesbienne racontée

Première séance lesbienne racontée

Deux étudiantes racontent la première fois où elles ont fait l'amour. Une séance lesbienne qui a permit de donner des orgasmes et découvrir de nouveaux moyens de jouir entre femmes.

C'est l'histoire érotique de la première fois où j'ai fait l'amour avec une autre femme. Cette séance lesbienne, torride et coquine, m'a ouvert les yeux sur ma sexualité. Depuis, je m'arrange pour faire l'amour avec autant de femmes que d'hommes, et c'est d'autant plus vrai quand je viens pour faire une webcam sexy live avec vous. Etre la nouvelle fille à l'école n'est jamais la meilleure. Cet endroit m'était si peu familier que j'aimerais avoir quelqu'un pour me dire où je devais aller. Alors que je parcourais l'école à la recherche de ma classe, je suis tombé sur une jolie rousse. Elle avait une belle silhouette en sablier et un visage magnifique. "Salut, je suis nouveau ici", lui ai-je dit, ne sachant pas ce que je faisais. C'était comme si je me forçais à parler sans même réfléchir. Elle m'a souri. C'était l'un des sourires les plus chaleureux que j'aie jamais vus de ma vie. "Hey, bienvenue dans notre école, je suis Sylvia," répondit-elle. Je lui ai souri, pensant que ce serait une bonne journée pour moi.

"Pourriez-vous me faire visiter l'école ? Je suis perdue, lui ai-je demandé.
"Oui, bien sûr." Sylvia m'a offert sa main à tenir. "Tu ferais mieux de tenir bon, il y a beaucoup de monde par ici, tu pourrais te perdre facilement." J'ai pris sa main alors qu'elle me guidait sur le chemin. Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer à quel point sa main était douce et veloutée. Elle a dit poliment : "Je n'ai pas encore compris ton nom." "Oh, c'est vrai. Je m'appelle Brooklyn. Enchantée de vous rencontrer," répondis-je. A partir de là, elle nous a fait faire le tour de l'école pendant qu'elle et moi apprenions à mieux nous connaître.

"Dans quelle classe es-tu ?" demanda-t-elle.
"Je suis dans la classe de Mme Acobas."
"Vraiment ? Je suis dans la classe d'Acobas aussi." Elle sourit à nouveau de son beau sourire.

Sylvia m'a emmené dans notre classe d'accueil, s'est assise à un bureau au fond de la salle et a tapoté le siège à côté d'elle, indiquant qu'elle voulait que je m'assoie à côté d'elle. Je me suis assise avec joie là où elle me l'avait demandé et je l'ai regardée fixement, à peu près pendant toute la période. Je n'ai jamais été aussi attirée par une fille, je ne sais pas ce qui m'a pris. Elle était si belle, la façon dont ses yeux brillent lorsqu'ils atteignent la lumière, et la façon dont son sourire montre ses dents parfaitement droites. Ce n'est pas seulement son visage qui m'a séduit. Son corps était une œuvre d'art. Elle avait un joli petit cul rond et ses jambes étaient longues et lisses.

Quand l'école était finie, Sylvia m'a demandé mon numéro de portable. J'étais si excitée que je ne savais pas quoi dire. Sans hésitation, j'ai sorti un stylo de mon sac de livres et j'ai noté mon numéro sur le dos de sa main. "Super, je t'appellerai ce soir Brooke," dit-elle. "A demain."

Ce soir-là, alors que je faisais mes devoirs de maths, mon téléphone a commencé à sonner. J'avais hâte de voir qui m'appelait. Je suis sorti de ma chaise de bureau et j'ai couru vers mon téléphone. J'ai regardé l'écran. Je n'ai pas reconnu le numéro, mais je l'ai pris quand même. "Allô ?" "Salut Brooklyn, c'est Sylvia. Je t'avais dit que je t'appellerais." Elle s'est mise à rire. "Je voulais savoir si tu voulais sortir un jour. Peut-être le parc ou quelque chose comme ça. Genre, demain, après l'école ?" J'étais si heureuse, je n'ai été à l'école qu'un jour et je me suis déjà fait une amie. Et une super sexy aussi. "Bien sûr que j'irai au parc avec toi, ce sera amusant", lui ai-je dit. "Génial, on se voit plus tard", elle a répondu. J'ai raccroché, souriant si fort que j'avais mal aux joues.

Le lendemain, j'ai vu Sylvia en classe. Je me suis assis à côté d'elle, elle m'a regardé et a souri. Je l'ai surprise en train de regarder mes seins pendant une milliseconde, car je portais une chemise à coupe très basse qui les montrait très bien. Je n'ai pas dit qu'elle les regardait, parce que je voulais qu'elle les regarde. Une fois l'école terminée, nous avons marché jusqu'au parc ensemble. Quand nous sommes arrivés au parc, nous nous sommes assis près d'un joli petit lac et nous avons donné des morceaux de pain aux canards. Quand elle n'avait plus de pain à nourrir, elle poussa un soupir joyeux et dit : "J'aime le parc. C'est tellement relaxant." Elle s'allongea et étendit le bras. La seule réaction que j'ai eue à cela a été de m'allonger aussi, et de poser ma tête sur son bras. Elle a rapproché mon visage de ses seins, avec l'intention de me rapprocher d'elle. Je n'arrêtais pas de les fixer. Ils étaient de la taille parfaite. Ni trop petit, ni trop grand. Je commençais à me demander si je devenais lesbienne. 

Je me suis approché d'elle et nous nous sommes allongés là, parlant, riant et partageant des histoires. Nous avons réalisé qu'il commençait à faire nuit, alors nous nous sommes levés et nous nous sommes dirigés vers la maison. C'était une longue marche, alors on s'est reposés sur des bancs. Pendant que nous nous reposions, je l'ai remarquée en train de regarder à nouveau mes seins, et cette fois-ci elle ne s'est pas arrêtée. "Qu'est-ce que tu regardes ?" Je lui ai demandé amicalement. Sylvia a ri. "Désolé, mais tes seins sont si tentants." Elle avait l'air de plaisanter, mais la façon dont elle les regardait me disait qu'elle était sérieuse. "Sont les..." avant que je puisse finir ma phrase, elle m'a tiré près d'elle et m'a embrassé doucement. Étonnamment, je ne voulais pas qu'elle s'arrête. Je me suis agrippée à sa taille et je l'ai rapprochée de moi en l'embrassant doucement dans le dos. Je sentais sa langue qui essayait de passer à travers mes lèvres, et juste au moment où je la laissais entrer, elle explorait chaque partie de ma bouche. Elle jouait enfin avec ma langue, ce qui m'a fait gémir. J'ai glissé ma main le long de sa jambe, jusqu'à l'arrière de sa cuisse, atteignant lentement et régulièrement le fond de son joli cul. Je l'ai frotté doucement pendant que je me frayais un chemin jusqu'à sa joue de cul.

J'ai entendu un petit gémissement venant d'elle alors que nous nous embrassions, maintenant passionnément. Elle a placé sa main sur mon sein et a fait glisser le bout de son doigt sur mon mamelon maintenant durci. Dès qu'elle l'a fait, j'ai suffoqué et j'ai poussé un grand gémissement. Mes mamelons sont très sensibles. Elle a arrêté de m'embrasser. Je la regardais d'un air désapprobateur. "Je crois que je ferais mieux de dormir chez toi ce soir. Mes parents ne m'en voudraient pas ", m'a-t-elle dit. J'ai souri tout de suite. Nous nous sommes levés pour marcher à nouveau, et finalement nous nous sommes approchés de ma maison. Je l'ai conduite dans ma chambre, j'ai sauté sur mon lit et j'ai dit : "Tu veux continuer ?" Sans hésiter, Sylvia a grimpé sur moi, me sentant comme elle l'a fait. Sa main a sournoisement atteint mon intérieur de cuisse, à environ un centimètre de ma chatte qui était maintenant complètement trempée dans mon propre lubrifiant.

Elle a continué avec ses mains atteignant mon estomac, tirant ma chemise vers le haut juste assez pour voir mon nombril. Elle a commencé à me frotter le ventre avec ses mains super douces, je jure qu'elle pourrait me toucher comme ça toute la journée si elle le voulait. Je me suis penché la tête en arrière dans le plaisir et j'ai poussé de petits gémissements. Une chaleur humide inattendue m'a frappé l'estomac, il ne m'a fallu qu'une demi-seconde pour réaliser qu'elle me léchait l'estomac. Lentement, tout doucement, elle courait sa langue le long de mon estomac jusqu'à ce qu'elle atteigne ma chemise. Elle m'a mordu la chemise et me l'a arrachée, s'est penchée et m'a murmuré à l'oreille : "C'est tellement sexy que tu ne portais pas de soutif." Je lui ai souri sexuellement et je lui ai léché les lèvres quand elle a commencé à m'embrasser et à me grignoter le cou. "Laisse-moi te toucher", chuchota-t-elle encore une fois. J'ai écarté les jambes juste assez pour qu'elle puisse avoir sa main entre-temps.

Sylvia baissa la main et toucha mon clito, et pendant qu'elle le faisait, mes jambes tremblaient. Elle m'a regardé en état de choc. "Pas de culotte non plus ? Espèce de vilaine fille." Elle a couru son doigt de haut en bas de ma fente, et chaque fois que son doigt a touché le trou de ma chatte, elle le frottait juste pendant quelques secondes, ce qui m'a rendu fou. J'ai poussé un grand cri. J'ai réalisé que je ne pouvais pas me contrôler quand mes doigts ont commencé à me pincer les mamelons et à les secouer. Pendant que Sylvia me regardait, elle a tendu sa jupe et a commencé à jouer avec sa propre chatte. Sa chatte était la chose la plus juteuse que j'ai vue dans ma vie, elle était petite et glabre, je voulais juste la baiser avec ma langue. "Je veux te goûter Sylvia", je lui ai dit. Elle a répondu en se retournant pour que son cul soit face à moi. Je lui ai donné une fessée enjouée, et elle a ri. Elle aimait ça. J'ai attrapé ses hanches, j'ai tiré sa petite chatte près de mon visage et j'ai commencé à agiter ma langue autour de son clitoris. Elle gémissait et gémissait si fort que ça m'excitait tellement. 

Elle s'est penchée pour sentir ma chatte lisse et rasée. J'ai vu qu'elle aimait ma chatte parce qu'elle n'arrêtait pas de jouer avec. Finalement, elle a commencé à lécher les lèvres externes de ma chatte, travaillant lentement son chemin vers les lèvres internes, puis le trou. Elle a creusé sa langue profondément dans mon trou de chatte serré. L'ecstasy a roulé sur tout mon corps quand j'ai appuyé sur sa tête, forçant sa langue plus profondément dans ma petite chatte. "Oh, oui bébé ! Mange bien cette putain de chatte," j'ai crié. Je lui ai donné une fessée puis frotté sa petite joue du cul. C'était si doux. J'ai placé le bout de mon doigt sur son trou de chatte, et l'ai lentement intserré à l'intérieur d'elle. J'ai taquiné son point G et elle a répondu en gémissant fort dans ma chatte. "T'es une putain de chatte tellement mouillée, Brooke, je parie que tu serais capable de mettre une bite de 19 cm d'épaisseur en toi en ce moment," m'a-t-elle dit.

Et ce qu'elle a dit m'a donné une idée. Elle est allée dans le placard, et est revenue avec un sex toy. Elle m'a regardé avec intérêt. "Je veux que tu baises ma chatte avec ce bébé jouet", j'ai dit à Sylvia. Je me suis allongé sur le lit, les jambes écartées. Elle a vu mon doigt frotter mon clito et m'a dit : "Ta chatte est si délicieuse Brooklyn." Elle a ensuite pris le jouet et l'a glissé dans ma chatte. J'ai arrêté avec mon clito et quand j'ai retrouvé mes seins. Je les ai prises toutes les deux dans mes mains et je me suis léché un de mes mamelons. Elle a commencé à insérer le gode dans ma chatte. J'étais si mouillé qu'il a glissé dedans. J'avais toute la longueur de la bite en caoutchouc en moi. Après quelques secondes, elle a commencé à tirer et pousser le gode dans et hors de ma chatte. Lentement au début, mais ensuite elle a commencé à devenir plus rapide, plus dure. J'avais tellement de plaisir, ma chatte tremblait, mes jambes fondaient, mon corps se serrait, mes mamelons étaient durs comme du roc et se détachaient comme des gommes à effacer au crayon.

Elle a commencé à lécher mon clito en baisant ma chatte avec le sextoy vibrant. Elle savait comment donner de la tête, je suis sûr qu'elle a déjà fait ça avec d'autres filles. J'ai changé de position. J'étais maintenant à quatre pattes, le visage en bas, le cul en haut, les jambes écartées. Comme ça, elle pourra mieux me baiser. Et donne-moi une fessée. Pendant qu'elle me baisait avec le godemiché, je criais et criais, ce qui la faisait jouer avec elle-même. Sylvia a commencé à me lécher le cul. La sensation était incroyable, tellement incroyable que ça allait me faire jouir partout sur elle. "Oh merde, putain de merde, je vais jouir Sylvia, je vais jouir !" "Je vais éjaculer aussi, oh merde, ouais, je vais éjaculer ! Je veux jouir dans ta bouche bébé, je veux que tu goûtes mon jus." Elle a pris le jouet hors de moi, elle s'est allongée sur le lit, je suis allé sur elle dans la position 69, nous avons tous les deux commencé à déchirer la chatte de l'autre. Finalement, notre cyrpine a commencé à couler de nos chattes, nous sommes venus en même temps.

Je me suis écrasé à côté d'elle sur le lit et je l'ai embrassée. "On ferait mieux de dormir", j'ai dit. Elle a juste souri. On s'est tous les deux mis sous les couvertures, sans s'habiller, et on s'est endormis.


Le lendemain, à l'école, je me suis assis à côté d'elle dans mon siège habituel. Nous nous sommes regardés l'un l'autre avec intérêt. Elle a poussé son bureau le plus près possible du mien et s'est approchée de moi. Sylvia a alors pris ma main et l'a placée sur sa chatte. Elle chuchota les mots, "Ce soir. Ta maison." Je savais exactement ce qu'elle voulait dire par là. 

Quelle femme pour votre cam sexy ?