Déjà inscrit ?

Ma confession sexe avec une belle rousse

Du sexe avec la plus belle rousse que j'ai vu, et bien plus encore dans cette confession porno

C'était mon premier jour de retour au travail depuis que j'avais perdu mon emploi. J'étais excité mais mon estomac était plein de nerfs. J'ai fait les cent pas à l'arrêt d'autobus en attendant qu'on me conduise à mon nouvel emploi. Je n'avais pas de voiture, j'ai dû la vendre pour pouvoir payer le loyer. Ma petite amie m'avait quitté, il s'est avéré que lorsque je ne gagnais pas d'argent, je n'étais pas très bon pour elle de toute façon, alors ce travail était plus qu'un nouveau travail, c'était un nouveau départ entièrement.
J'ai fait signe au bus de descendre, j'ai payé mon billet et j'ai pris l'une des quelques places restantes à l'arrière. Les papillons dans mon estomac avaient l'impression d'essayer de s'échapper, je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai été aussi nerveuse. L'autobus grondait le long de la route, me jetant presque hors de mon siège alors que nous rebondissions sur les nids de poule et les fissures.
Le soleil rayonnait à travers la fenêtre. C'était une belle journée d'été et j'étais assise dans un autobus surchargé, portant un costume noir, fondant dans le siège. Tout d'un coup, les choses n'étaient plus aussi belles que je l'avais pensé au départ, mais cela a vite changé.
Le bus s'est arrêté à un arrêt de bus. Je gémissais quand la faible brise qui sifflait à travers la fenêtre cessa. Si je ne mourais pas de la chaleur, ce serait par suffocation. Il y avait tellement de gens dans ce foutu bus, et il allait y en avoir encore plus. Ce n'était pas une bonne journée jusqu'à présent.
Mon humeur s'est immédiatement améliorée quand j'ai regardé devant moi. Il n'y avait qu'une seule personne qui montait, et le fait qu'il y avait si peu de place signifiait qu'elle devait s'asseoir près de moi. Je remerciai Dieu en silence et tous les pouvoirs en place alors que la plus belle rousse se promenait avec désinvolture à l'arrière du bus et prenait place à l'arrière du bus.
La rangée arrière de l'autobus comprenait cinq sièges, j'étais dans un coin et elle était dans l'autre. D'accord, dans un monde idéal, elle se serait assise plus près, mais quand même, bingo baby ! Je l'ai regardée en face, en attendant d'attirer son regard, puis je lui ai souri, elle m'a souri en retour. Une partie de moi a commencé à faire des sauts. Je ne pouvais pas m'empêcher de la fixer. Ses beaux cheveux roux, son visage adorable, ses beaux yeux bleus, sa silhouette élancée avec de beaux seins gais et des hanches courbées.
Elle portait une camisole de force et un pantalon chaud, de sorte que ses longues jambes bronzées étaient exposées pour le monde entier. Sans parler des petits pieds les plus sexy que j'avais jamais vus, avec ses ongles d'orteils peints d'une couleur argent envoûtante qui captait le soleil et scintillait comme des diamants. Elle était vraiment parfaite.
Elle m'a surpris en train de la fixer à quelques reprises et j'ai rapidement tourné la tête pour faire face à l'avant, mais je n'ai pas pu m'empêcher de me retourner quand elle s'est détournée. J'étais captivé. Elle a dû penser que j'étais un sale type, mais elle était probablement habituée à ce que les gens la fixent partout où elle allait.
"Salut." J'ai levé les yeux, elle me regardait avec curiosité. "Je peux vous aider ?" Elle a demandé.
"Hum, euh..." J'étais coincé pour les mots. "Je... je suis désolé." J'ai réussi à marmonner. Oh ouais, très doux. Idiot. Elle s'est déplacée du coin vers le siège du milieu. Ah merde, j'étais dans le pétrin, elle allait me crier dessus pour avoir été un pervers dans ce bus plein de monde. Mon coeur a commencé à battre à un rythme fou et je pouvais sentir la sueur se former sur mon front.
"Je suis Kaisa." Elle sourit doucement en avançant sa main pour serrer la mienne. J'étais stupéfait. Les ongles de ses doigts étaient peints avec le même vernis que ceux de ses pieds. Je lui ai serré la main.
"Je suis Richard". Les mots se sont faiblement glissés de ma bouche. Ses mains étaient aussi douces et lisses que je l'avais imaginé. J'ai pensé à la sensation de leur contact avec mon corps et j'ai failli me retrouver là où je m'étais assis.
"C'est un plaisir de vous rencontrer Richard."
"De même." Je lui ai répondu en lui souriant, mais en me maudissant intérieurement d'être un tel idiot. De même ? Qui diable dit de même.
"Tu es bien habillé, où vas-tu ?" Elle se rapprochait de moi maintenant. Je ne savais pas si je devais être excité ou terrifié.
"Je vais au travail." J'ai marmonné, "Premier jour à un nouveau travail." J'avais de plus en plus chaud, je sentais la sueur s'accumuler sur mon front. Je n'allais pas tarder à dégouliner.
"Premier jour" ? Vous devez être nerveux." Elle a placé sa main sur ma jambe et a commencé à masser mon genou. Elle a lentement glissé sa main sur ma cuisse "Peut-être avez-vous besoin de quelque chose pour vous calmer." Sa main a continué à monter le long de ma cuisse intérieure. J'ai pris une profonde inspiration et j'ai retenu ma respiration. Elle a remonté ses belles lèvres rouges jusqu'à mon oreille et a murmuré : "Je pourrais peut-être t'aider à te débarrasser de ces nerfs." Sa main avait atteint sa destination. Elle me frottait l'entrejambe. Ma bite battait dans mon pantalon et elle me frottait l'entrejambe. J'ai retenu mon souffle plus longtemps, mais pas par choix. Je ne pouvais pas respirer.


Je me suis tourné vers elle et elle a planté un baiser directement sur mes lèvres. Putain de merde, c'était peut-être une bonne journée après tout. Ses lèvres étaient douces comme de la soie et sa langue était douce quand elle s'est glissée entre mes lèvres et a massé ma langue. Je lui ai rendu son baiser avec une immense passion que je ne savais pas que j'avais. Puis elle s'est arrêtée.
"Qu'est-ce qui ne va pas ?" J'ai demandé, en la regardant.
Elle a appuyé sur le buzzer du poteau devant nous. "Désolé, c'est mon arrêt, je dois y aller."
J'ai regardé par la fenêtre. "Oh merde. Le mien m'a manqué."
Elle n'avait pas entendu, elle marchait déjà vers l'avant du bus. Je me suis levé et j'ai marché derrière elle. "Votre arrêt aussi ?" Elle a demandé.
"Non, le mien m'a manqué."
"Oh mon Dieu, je suis désolée." Elle a pris ma main. "J'espère que je ne vous ai pas mis en retard pour votre nouveau travail."
J'ai secoué la tête, "C'est bon, je suis parti bien plus tôt que prévu, il me reste une heure et demie et ce n'est qu'à vingt minutes."
Elle a soupiré. "Merci mon Dieu pour ça."
Le chauffeur de bus s'est arrêté et a ouvert les portes. En descendant du bus, elle a attrapé mes mains. "Donc vous avez une heure et demie avant d'arriver ?" Elle a demandé. J'ai fait un signe de tête. "Viens avec moi." Elle a commencé à me traîner en travers de la route. Elle m'a traîné dans une ruelle déserte et m'a jeté contre le mur. Elle s'est jetée sur moi et je me suis retrouvé enseveli dans ce baiser passionné que nous avions commencé dans le bus.
Une de ses mains a bercé l'arrière de mon cou en m'attirant pendant que l'autre main se mettait au travail pour défaire ma ceinture et mon pantalon. Je sursautai alors que ses mains douces et veloutées s'enfonçaient dans mon caleçon et me saisissaient la queue. Elle a continué à m'embrasser passionnément en faisant glisser ses mains de haut en bas, travaillant un gros tas de pré-cum à l'extrémité de mon membre.
La branlette a commencé à couler plus doucement alors que le pré-cum coulait entre sa main et mon pénis, sa main glissant parfaitement de haut en bas. J'aurais pu éjaculer à la seconde même, mais je me suis forcée à ne pas le faire, excitée de voir où cela allait me mener.
Elle a cessé de m'embrasser et j'ai senti mon pantalon tomber sur mes genoux. Pas possible ! Est-ce que ça allait là où je pensais que c'était. La sensation de sa langue caressant mon gland a confirmé ce que j'avais espéré. "Oh mon Dieu." Les mots sont sortis de moi avant que je puisse les arrêter.
"Est-ce que c'est bien ?" J'ai hoché la tête et elle a continué à me lécher le bout. J'ai commencé à me pousser en avant, et elle a saisi l'allusion, enroulant ses lèvres autour de ma bite et les faisant glisser jusqu'à la base en prenant toute ma longueur dans sa gorge. J'ai presque fait sauter ma charge sur ses amygdales. C'était incroyable.
Elle a glissé sa bouche jusqu'au bout et a continué à travailler juste les premiers centimètres de moi pendant que sa main droite travaillait le reste. Sa main gauche a doucement massé mes couilles et j'étais dans un état d'euphorie. C'était sans aucun doute la meilleure pipe que j'avais jamais eue, et je ne voulais pas que ça se termine.
Mon cœur s'est enfoncé quand elle s'est arrêtée et s'est relevée. Elle n'avait pas besoin de recommencer, n'est-ce pas ? Mais alors qu'elle se penchait en avant et m'embrassait, je savais que ce n'était définitivement pas le cas. J'ai senti ses poils pubiens frotter contre la base de mon corps. J'ai regardé en bas, et son pantalon sexy et son string étaient à ses chevilles. A mon tour de prendre le contrôle.
Je nous ai fait tourner pour qu'elle se mette à genoux contre le mur, en plaçant sa jambe au-dessus de mon épaule. Ses poils pubiens étaient du même rouge magnifique et ses cheveux étaient maintenus propres. Je pouvais voir son beau bouton de rose à travers le feuillage et je me suis immédiatement mis au travail pour lui lécher le clitoris. "Oh mon Dieu, ne t'arrête pas. C'est incroyable" Sa voix était peu profonde alors qu'elle haletant pour respirer.
Je continuais à lécher sa chatte délicate en faisant courir ma langue sur les lèvres, je pouvais sentir sa jambe commencer à trembler par-dessus mon épaule. Elle a attrapé ma tête et a enterré mon visage dans son monticule. Le doux arôme de sa chatte m'attirait à l'intérieur. Je l'ai léchée, chatouillant et suçant son clitoris. "Putain de merde." Sa voix était à bout de souffle. Elle m'a regardé en bas "Embrasse-moi".
J'ai obéi. J'ai enlevé sa jambe de mon épaule et je me suis levé pour l'embrasser. Elle a enroulé sa jambe autour de ma hanche et m'a tiré tout près. Je sentais ses poils pubiens mouillés frotter contre mon corps pendant qu'elle m'embrassait violemment. J'ai senti sa main glisser entre nous et saisir ma bite dure comme de la pierre. Elle l'a manœuvré de façon à ce qu'elle frotte contre sa chatte, mon casque chatouillant son clito et retournant en courant vers son trou de cul pendant que je la poussais.
Elle m'a regardé dans les yeux. "Baise-moi tout de suite." Elle a exigé. Je ne perdis pas de temps à m'aligner sur son ouverture et à me glisser profondément en elle. Elle a poussé un énorme gémissement de plaisir. J'ai frappé sa chatte de toutes mes forces, essayant désespérément de retenir les torrents de sperme que je voulais lui tirer dans le corps.

"Oh mon Dieu, baise-moi fort." Je l'ai fait. Elle a glissé sur ma bite en haletant et en gémissant jusqu'à ce qu'elle arrive. Elle a pris une grande respiration et a enroulé ses bras autour de moi. "Oh putain ! Je jouis." J'ai senti sa chatte commencer à spasmer autour de moi, me faisant presque passer par-dessus bord. Tout son corps a commencé à trembler. J'ai continué à marteler la chatte quand elle est arrivée. J'ai senti la main de tout son poids sur l'endroit où se tenait la jambe sur laquelle elle se tenait céder, mais je n'allais pas m'arrêter. J'ai continué à me pomponner pour la faire entrer et sortir d'elle jusqu'à ce qu'elle arrête de trembler. Je me suis sorti d'elle et je l'ai embrassée. "C'était incroyable, putain." Elle m'a chuchoté à l'oreille. Je lui ai souri et je l'ai tournée pour la mettre face au mur. Elle savait ce que j'avais en tête, je n'ai même pas eu besoin de lui dire de se pencher.
En prenant position derrière elle, j'ai senti sa main passer entre ses jambes et saisir ma bite. Elle l'a alignée avec sa chatte et j'ai glissé toute ma longueur à l'intérieur d'elle à nouveau. Pendant que je lui claquais la chatte, je sentais mon sac de couilles frapper son clitoris et elle gémissait à chaque fois. J'étais si près de jouir, pensant à presque tout ce qui pourrait le retarder. C'était incroyable, sa chatte était si humide et si serrée. Je ne voulais pas que ça se termine. Sa main a glissé sur son dos et elle a commencé à chatouiller son petit trou de cul plissé pendant que je lui baisais sur la chatte.
"Je suis si proche." J'ai marmonné, en me penchant légèrement pour qu'elle m'entende.
"Tu veux jouir dans ma chatte ?" Elle m'a demandé de tourner la tête vers moi et de faire un clin d'oeil.
"Je ne porte pas de préservatif." Une excuse terrible pour une si belle fille, mais je l'ai quand même utilisée.
"Je m'en fiche. Il n'y a pas moyen que tu jouisses ailleurs que dans ma chatte." Puis elle a jeté sa tête en arrière. "Oh mon Dieu."
Je pouvais sentir sa chatte se resserrer à nouveau. Elle jouissait à nouveau et ça allait m'entraîner avec elle. "Oh putain." J'ai haleté.
Son visage s'est retourné vers moi. "Baise-moi. Oh mon Dieu, jouis en moi." Elle a commencé à se gifler la chatte contre mes coups. "Du sperme dans ma chatte. Remplis-moi."
Elle a arrêté de doigter son trou du cul et a ramené sa main entre ses jambes. Elle avait une prise sur moi. Elle me branlait pendant que je la baisais. Elle m'a regardé fixement. "Remplis cette chatte de ton sperme." C'était une demande. Je devais m'y conformer. J'ai senti sa chatte commencer à avoir des spasmes autour de moi pendant que sa main me trayait. "Remplis cette chatte. Oh ouais, putain, remplis-moi."
Elle a relancé la tête en arrière alors que son orgasme atteignait son maximum. Je sentais tout son corps trembler alors que je m'enfonçais profondément en elle, m'approchant chaque fois un peu plus du bord.
"Oh putain ! J'éjacule dans ma chatte en ce moment même !"
Elle a claqué sa chatte contre moi et c'est tout. "Je jouis !" J'ai haleté. Sa main continuait à travailler chaque goutte de moi pendant que ma bite s'agitait à l'intérieur de sa corde de sperme.
"Oh mon dieu, je peux le sentir. Je peux sentir que tu me remplis."
"Je me suis claqué aussi profondément que possible en elle quand mon orgasme a pris fin. Elle avait cessé de trembler et nous étions tous les deux immobiles. Je me tenais à l'intérieur d'elle, sentant la chaleur de sa chatte me tenir alors que je m'adoucissais en elle.
Je me suis glissé doucement hors d'elle et un épais cordon de sperme a coulé dans ses poils pubiens. Elle s'est tournée vers moi, et a essuyé le sperme devant sa chatte avec ses doigts et les a léchés. Elle a remonté son string et sa culotte chaude sur sa hanche, s'est penchée près de mon oreille et m'a murmuré "Bonne journée au travail", puis elle est repartie dans la ruelle pour rejoindre la rue principale très fréquentée.
Je la revoie de temps à autre quand cette belle rousse est connectée à sa webcam, et là, nous arrivons à nous faire plaisir sans modération et sans limite.

Quelle femme pour votre cam sexy ?